Articles

La vraie réalité : faut-il opter pour l’augmentée ou la virtuelle?

27 septembre 2018

Il est généralement peu connu, et peut-être est-ce une bonne chose, que j’ai atteint le niveau 32 sur Pokémon Go. En effet, j’ai capturé 293 des 376 Pokémon en cavale, fait évoluer pas moins de deux Magikarp et accumulé plus de trois millions de points d’expérience au moment d’écrire ces lignes. Et à un âge beaucoup trop avancé pour que ce soit acceptable, pour une raison X, je tente toujours d’attraper des petits personnages de dessin animé avec des cercles rouges et blancs.

Pokémon Go est, bien sûr, l’application de réalité augmentée la plus connue aujourd’hui, et personnellement, je suis fascinée par sa capacité de superposer des pixels sur le monde réel. Mais il existe également ce qu’on appelle la réalité virtuelle, une petite chose qu’on considère l’apanage des gamers ou encore de la pure science-fiction, qui marie elle aussi une expérience humaine avec des pixels.  

À mon avis, trois questions continuent de faire surface lorsqu’on mentionne ces technologies : quelle est la différence entre la réalité augmentée et virtuelle, pourquoi devrions-nous considérer ces technologies comme plus que des gadgets et pourquoi, à titre d’entreprise d’ingénierie et de gestion de projets de construction, nous penchons-nous sur elles en premier lieu?

Prenons Pokémon Go comme exemple. . . la réalité augmentée, c’est lorsqu’en tant qu’utilisateur, on conserve toujours notre vision périphérique du monde réel, mais à l’aide d’un écran ou de verre, on peut voir une image pixélisée superposée sur cette réalité. On peut déplacer notre champ de vision avec nos yeux, mais lorsqu’on regarde à travers l’écran, les images en question apparaîtront dans l’air. La réalité virtuelle, quant à elle, nous plonge pleinement dans l’intégralité des graphiques informatisés, supprimant notre vision périphérique du monde réel. On peut vivre des expériences 3D inexistantes dans le monde physique et éprouver des sensations comme si on y était en personne.

Mais pourquoi parler de ces technologies dans le contexte d’un secteur consacré à la conception, la construction  et l’exploitation d’actifs physiques à grande échelle? Bref, parce que la technologie de réalité augmentée et virtuelle fait une énorme différence sur le plan de l’exactitude, de la sécurité et de la qualité des actifs conçus aujourd’hui, et on ne peut ignorer ces avantages.

Dans le cas de la réalité augmentée, des équipes de projets évaluent actuellement des idées de conception en 2D; on utilise souvent des écrans plats, et dans certains cas, même des copies papier, lors des réunions d’examen de conceptions. Or, la réalité augmentée nous permet de nous asseoir à la table et de voir notre création en trois dimensions, flottant dans les airs devant nous; on peut la manipuler, en diviser les couches et même jeter un coup d’œil à l’intérieur.

Dans d’autres scénarios, on peut voir une représentation 3D d’un aménagement routier, par exemple, montrant différentes configurations de circulation en activant et désactivant différentes variables. Même ces deux exemples simples nous permettent de comprendre beaucoup mieux comment une conception fonctionnera en réalité, ainsi que d’apporter des changements sur-le-champ et de voir comment ils influencent le résultat.

Avec la réalité virtuelle, on passe au prochain niveau : on peut découvrir ce que ce sera de marcher, de conduire, de voyager ou de se déplacer autour et à travers  l’actif, à notre guise. On peut aussi inclure les clients dans l’expérience virtuelle à distance, recueillant leurs commentaires sur l’utilisabilité de la conception.

Et sur le plan de la formation, on peut fournir une mise à jour aux représentants sans courir le risque de les envoyer sur des chantiers dangereux... sans parler des économies évidentes. Qui plus est, on obtient le point de départ pour notre jumeau numérique – une notion qu’on aborde dans un blogue subséquent ici.

Donc, fini le temps où ces deux technologies ne sont là que pour le spectacle. Mais laquelle choisir, la réalité augmentée ou virtuelle? Eh bien, en réalité, cela dépend de la meilleure technologie pour la tâche en question, et nous pouvons vous offrir des conseils à ce sujet. Mais vous devriez toujours encourager votre partenaire de conception et d’ingénierie à vous fournir des conceptions en format 3D – en réalité augmentée ou virtuelle.

 Sinon, vous ne profiterez pas d’avantages qui pourraient fondamentalement influencer le succès de votre actif final. Pour en savoir plus, écrivez-moi à lucy.wain@atkinsglobal.com ou à Simon Evans à simon.evans@atkinsglobal.com.

Retour à la page Innovation

Partager sur